Vidéo – Le TDAH

Durée : 3:04

TRANSCRIPTION TEXTUELLE

Le TDAH, ou trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, est un trouble neurologique qui apparaît durant l’enfance et qui se caractérise par un ensemble de symptômes liés à l’hyperactivité, l’impulsivité et l’inattention. Le TDAH affecte habituellement l’ensemble des sphères de vie de la personne atteinte.

Le diagnostic de TDAH est généralement émis après une double consultation auprès d’un médecin et d’un psychologue ou un neuropsychologue. Seuls ces professionnels ont les compétences et qualifications nécessaires pour poser un tel diagnostic.

Le TDAH est l’un des troubles les plus fréquemment rencontrés dans l’enfance et, dans 60 % des cas, il persiste à l’âge adulte.

Chez l’adulte, les symptômes d’hyperactivité motrice ont tendance à être moins prononcés, comme remuer souvent les mains ou les pieds, ou se lever à plusieurs reprises. Toutefois, les symptômes cognitifs liés à l’impulsivité et à l’inattention tendent à demeurer.

Il n’existe pas de remède permettant de guérir d’un TDAH. Cependant, grâce à des traitements adéquats et à des stratégies appropriées, la personne peut dépasser ses difficultés et atteindre une qualité de vie satisfaisante.

Les différents traitements sont :

  • la pharmacothérapie;
  • la psychothérapie;
  • le neurofeedback.

Pour le parent d’enfant souffrant d’un TDAH, il est possible de recevoir une aide psychoéducative visant l’augmentation de comportements adaptés et la réduction de comportements problématiques.

En ce qui a trait aux stratégies pouvant être mises en place, voici quelques exemples :

  • établir des routines;
  • instaurer un système de gestion du temps;
  • pratiquer une activité physique;
  • choisir des passe-temps stimulant positivement le TDAH;
  • développer un système d’organisation.

Pour le parent, il est primordial d’être encadrant et de privilégier une structure avec des règles simples, réalistes et cohérentes, des consignes claires et le renforcement positif des bons comportements.

Pour l’employeur, il n’est pas recommandé de lier d’emblée les symptômes du travailleur à un TDAH. Il est toutefois conseillé de lui demander si ses difficultés sont présentes depuis longtemps et si un professionnel de la santé a déjà été consulté. Échanger avec l’employé au sujet des ressources disponibles est tout indiqué.

La personne souffrant de TDAH doit veiller à entretenir son estime de soi et se rappeler que même si elle a un trouble, elle n’est pas ce trouble.

Pour en apprendre davantage sur ce sujet, nous vous suggérons de lire le document de référence.

En cas de questions, de doutes ou de besoins particuliers de soutien, n’hésitez surtout pas à communiquer avec le service d’aide spécialisée offert aux personnes admissibles.