Vidéo – Faire face au cancer

Durée : 2:55

TRANSCRIPTION TEXTUELLE

Le cancer. À lui seul ce mot fait frémir et, engendre différentes émotions. Cette maladie touche autant la personne atteinte que les proches, et par ricochet, le milieu de travail et les collègues.

Selon la Société canadienne du cancer, il est la principale cause de décès au pays. Fort heureusement, la recherche fait des avancées et des traitements efficaces sont actuellement disponibles.

En langage simple, le cancer signifie qu’une cellule en mutation se développe anormalement, jusqu’à devenir une tumeur maligne. En se multipliant rapidement, elle cause des dommages aux cellules saines ainsi qu’aux organes internes.

Il arrive parfois que des cellules cancéreuses ne soient découvertes qu’à un stade avancé. Toutefois, divers symptômes peuvent aider à déceler la maladie, par exemple :

  • une bosse suspecte;
  • une toux persistante;
  • une fatigue intense;
  • des maux de tête;
  • une affectation de la peau.

Bien que ces symptômes puissent être associés à d’autres problèmes, une consultation médicale s’impose en cas de doute.

L’annonce d’un diagnostic de cancer est un choc et peut bouleverser complètement une vie. Pour cette raison, il est préférable d’être accompagné chez le médecin par une personne de confiance, pouvant apporter écoute et soutien.

Les principales émotions vécues par la personne atteinte et ses proches sont la peur, la colère, un sentiment d’injustice, la résignation, la tristesse ou encore l’espoir.

Sans adopter la pensée magique, maintenir une attitude positive s’avère bénéfique.

Vivre les traitements, un à la fois, rester confiant, privilégier de saines habitudes de vie et continuer le plus possible ses activités quotidiennes sont des clés importantes.

Dès l’identification de la maladie, la prise en charge se fait rapidement. Selon le type de traitement, la gravité du stade et les chances de succès, un congé de maladie pourrait être essentiel.

Si la personne continue de travailler, le gestionnaire pourrait lui offrir des options pour se rendre à ses rendez-vous médicaux, et pourrait envisager le télétravail ou le travail à temps partiel.

Il est conseillé d’encourager la personne atteinte à consulter un professionnel durant cette période d’angoisse.

Aussi, il est important que l’employeur soit à l’écoute des collègues en les invitant à exprimer leurs inquiétudes.

Le soutien et la communication sont primordiaux pour permettre aux personnes concernées de vivre cette expérience le plus positivement possible.

Pour en apprendre davantage sur ce sujet, nous vous suggérons de lire le document de référence.

En cas de questions, de doutes ou de besoins particuliers de soutien, n’hésitez surtout pas à communiquer avec le service d’aide spécialisée offert aux personnes admissibles.