Vidéo – Le travail de nuit

Durée : 2:53

TRANSCRIPTION TEXTUELLE

Le travail de nuit est aujourd’hui essentiel à la productivité et au rendement de plusieurs organisations.

Par contre, ces conditions de travail peuvent engendrer nombre de problématiques et d’inconvénients chez l’employé, pour qui une bonne hygiène de vie et des outils de gestion du sommeil sont indispensables.

L’être humain étant programmé pour être actif en journée, son horloge tentera toujours de revenir à sa programmation génétique. Cette désynchronisation ne permet pas un sommeil aussi profond et réparateur que le sommeil de nuit, ce qui affecte la majorité des fonctions du corps.

Les effets psychologiques associés au travail de nuit peuvent être une forte irritabilité, un sentiment de solitude et d’isolement, une baisse d’intérêt et de motivation et parfois même un état dépressif.

En plus de ces effets, différentes perturbations physiques peuvent se manifester, telles que :

  • des problèmes gastro-intestinaux et digestifs;
  • une production plus élevée de cortisol, l’hormone du stress;
  • une baisse de production de mélatonine, augmentant les risques de cancer;
  • une irrégularité dans les menstruations;
  • un risque plus élevé de fausse couche ou d’accouchement prématuré.

La sécurité représente également un enjeu très important du travail de nuit. De fait, les employés de nuit sont sept fois plus sujets aux accidents de la route ou aux accidents de travail que les employés de jour.

Les principaux facteurs seraient la fatigue, le soutien plus faible des collègues ainsi que le niveau de concentration et de vigilance affaibli par un sommeil insuffisant ou de moindre qualité.

Pour atténuer les répercussions négatives du travail de nuit, il est primordial que la personne adopte de saines habitudes de vie. Voici quelques stratégies de base à appliquer :

  • prioriser un horaire régulier de sommeil et d’éveil;
  • favoriser un environnement propice à l’endormissement en journée;
  • manger sainement et à des heures fixes;
  • éviter la consommation de caféine, de nicotine et d’alcool six heures avant le coucher;
  • pratiquer régulièrement une activité physique;
  • planifier des activités sociales et familiales.

Des études démontrent également que l’intervention comportementale est une solution efficace pour bonifier ces stratégies. De cette façon, le professionnel outille le travailleur pour faciliter son endormissement et pour améliorer la qualité de son sommeil.

Il est aussi fondamental que toute entreprise ayant un quart de nuit soit bien informée des risques pour la santé et la sécurité de ses employés.

Sans aucun doute, la responsabilisation des deux parties favorise la santé globale et le mieux-être du travailleur.

Pour en apprendre davantage sur ce sujet, nous vous suggérons de lire le document de référence.

En cas de questions, de doutes ou de besoins particuliers de soutien, n’hésitez surtout pas à communiquer avec le service d’aide spécialisée offert aux personnes admissibles.