Vidéo – Le changement organisationnel

Durée : 3:49

TRANSCRIPTION TEXTUELLE

Le changement fait désormais partie intégrante des entreprises, au même titre que la gestion des clients, la gestion des flux financiers ou la gestion des ressources.

La capacité d’évoluer rapidement et fréquemment, sans paralyser l’entreprise, est devenue une qualité essentielle à toute organisation qui souhaite réussir l’implantation de changements sans régresser.

Le changement est un phénomène chaotique, donc difficile à saisir et maîtriser.

Le chef d’entreprise doit cibler certaines compétences chez un gestionnaire lors de son embauche ou lors de la mise en place d’une équipe de gestion du changement. Le développement d’aptitudes en conduite du changement est essentiel pour assurer une «traversée» efficace.

Il y a plusieurs types de changements; parmi eux, notons :

  • Le changement radical ou en profondeur, qui est transformateur et exige une révision majeure des caractéristiques fondamentales d’une organisation, telles que sa raison d’être, sa mission et ses valeurs.
  • Le changement graduel ou superficiel, qui fait partie de l’évolution normale d’une organisation lorsqu’on introduit, par exemple, de nouveaux produits ou de nouvelles technologies.

Les facteurs du changement sont multiples. Voici certains d’entre eux :

  • la mondialisation de l’économie;
  • les évolutions démographiques;
  • les exigences du développement durable;
  • l’accélération de l’innovation;
  • l’omniprésence de l’informatique;
  • la nécessité des partenariats;
  • l’externalisation des activités.

Le changement organisationnel peut causer des déséquilibres importants au sein des entreprises. Pour éviter les dérapages, il importe de bien comprendre les quatre principes fondamentaux de tout changement.

Premièrement, il y a le principe de globalité. Le changement demande d’agir conjointement sur ce qui compose l’entreprise et sur ce qui l’anime.

Deuxièmement, on retrouve le principe de rupture. Le changement occasionne un déséquilibre et de l’instabilité à court ou à moyen terme.

Troisièmement, il y a le principe d’universalité. Le changement requiert la participation de tous les salariés de l’entreprise.

Quatrièmement, on retrouve le principe d’indétermination. Le changement peut être guidé, mais ne peut pas être parfaitement maîtrisé. La méthode utilisée pour gérer le changement doit être adaptable tout en étant appliquée.

Il existe une méthodologie en 10 points, applicable lors d’un changement en entreprise. Elle est disponible en détail sur le document de référence.

N’oubliez surtout pas que :

  • Le changement doit demeurer une des préoccupations majeures des dirigeants d’entreprise, et sa conduite, une de leurs principales responsabilités.
  • La capacité à saisir les occasions et la rapidité à faire les changements requis s’avèrent déterminantes pour la pérennité et le succès de l’entreprise.
  • Le changement durable ne se réalise qu’à travers une collaboration sincère avec l’ensemble de l’organisation.

Pour en apprendre davantage sur ce sujet, nous vous suggérons de lire le document de référence.

En cas de questions, de doutes ou de besoins particuliers de soutien, n’hésitez surtout pas à communiquer avec le service d’aide spécialisée offert aux personnes admissibles.